Internet des objets

Quel futur pour les objets connectés ?

Perspectives générales

De plus en plus d’objets connectés à Internet sont créés pour s’ancrer dans notre quotidien afin d’interagir et de vivre dans un environnement plus communiquant : d’ores et déjà, les montres peuvent calculer le nombre de pas effectués durant la journée, les réfrigérateurs peuvent analyser la façon dont on les remplit pour établir notre liste de courses alimentaires, la maison peut régler la température de façon autonome et ouvrir les volets à l’heure de votre réveil. Les objets connectés communiquent entre eux pour s'échanger des données. On appelle cela l’Internet des objets.

Opportunités et défis

L’explosion des ventes des objets connectés est une source d’opportunités et de défis pour de nombreux secteurs tels l’automobile, l’espace public, la maison et la santé.

Une mobilité revisitée

Si la voiture connectée promet l’essor de nouveaux services pour le conducteur, la multiplication des capteurs connectés risque de renforcer le ciblage publicitaire et son caractère intrusif. Elle met également en exergue les enjeux de la cyber sécurité et les risques du piratage.

Prenons l’exemple de la voiture connectée. Le GPS, relié à notre agenda, configurera seul notre destination.

Les capteurs de la voiture nous alerterons lorsque la pression des pneus sera trop basse.

À proximité d’un garagiste, nous serons alertés des offres promotionnelles sur les pneumatiques.

En cas de crevaison, le dépanneur connaîtra notre géolocalisation et pourra nous dépanner plus vite.

La domotique

La maison est un domaine pour lequel la quantité d’objets connectés augmente significativement, boostée par différentes innovations.

Si leur diffusion est parfois ralentie par le manque de valeur pratique, ils représentent tout de même un défi de taille pour les équipementiers et les acteurs traditionnels : associer leurs produits aux plateformes d’échanges les plus attractives. La restructuration du secteur autour de plateformes telles qu’Apple ou Google, risque de marginaliser certains acteurs 

L'espace public

En cumulant des données et en les analysant, il devient possible de   prédire nos besoins individuels et collectifs. Cette optimisation des besoins est une véritable opportunité économique et écologique.

Éclairage optimisé, trafic urbain fluidifié, ressources énergétiques mutualisées, voici à quoi pourrait ressembler la ville de demain.

Les nombreux capteurs nécessaires (caméras, détecteurs, géolocalisation) augmentent le risque d’atteinte aux libertés individuelles, notamment en matière de surveillance.

Focus santé : le Quantified Self

En matière de santé, les objets connectés définissent déjà de nouveaux usages.

Résumé : La CNIL propose un cahier d’études synthétisant les travaux et réflexions menées sur les capteurs et le nouveau rapport aux corps qu’ils induisent.

Une meilleure connaissance de soi... et des autres

Avec les montres connectées notamment, il devient possible de mesurer son mode de vie (nutrition, activités physiques, sommeil…) et de les partager sur des plateformes communautaires aux interfaces attractives.

« Cette médiatisation des activités peut répondre à un double objectif de valorisation des efforts et d’obtention d’encouragements. »

Un nouveau rapport au corps se met en place : l’individu, en quantifiant ses données, se compare à une moyenne d’utilisateurs, à une norme.

Une amélioration des dispositifs médicaux

Si le caractère normatif de ces usages peut devenir une source de discriminations, la collecte des données de santé peut représenter une formidable source de progrès médical.

La connectivité des objets tels que les pèse-personnes, les lentilles, les tensiomètres permettraient un suivi médical à distance personnalisé. Le patient deviendrait acteur et aurait une meilleure gestion de ses comportements à risques.

Un suivi médical revisité
La médecine préventive

Ainsi, apparaissent des applications pour mieux suivre son diabète, pour analyser son sommeil ou encore pour mesurer son risque d’incidents cardio-vasculaires : les objets connectés permettent de réduire les risques et d’améliorer la prévention et l’accompagnement, ainsi que le dépistage.

Résumé : Un hôpital de Toronto analyse la quantité de données fournie par les appareils médicaux (pouls, tension, etc),  pour prédire la dégradation de l’état de santé des bébés prématurés.

La médecine participative : un enjeu de santé publique

L’analyse des données de santé à grande échelle permet aussi de renforcer l’épidémiologie : en croisant les données, il devient possible de mieux prédire les foyers d’apparition des maladies et leurs modes de contamination.

Résumé : Cet algorithme recoupant des données du monde entier a été mis au point dans un hôpital de Boston et a permis de repérer l’apparition d’Ebola plusieurs semaines avant l’Organisation Mondiale de la Santé.

En conclusion, les objets connectés pourraient induire une mutation profonde de notre société. Les opportunités sont nombreuses à condition d’en limiter les atteintes potentielles aux libertés individuelles. La législation doit permettre de donner un cadre réglementaire permettant les progrès humains, techniques, économiques tout en protégeant les individus.

Contact

À Propos

Contactez nous pour répondre 
à vos questions : 

contact@prog-en.com