De l’utilité d’éduquer au plus tôt à la citoyenneté numérique

Si le cyberespace est devenu ce formidable outil d’accès à la connaissance auquel nous sommes habitués, il peut aussi malheureusement être un terrain propice aux déviances, aux manipulations et aux risques tant pour la réputation, l’identité, voire la vie de ses utilisateurs. Cette société numérique créée par nos interactions et pérégrinations sur la toile répond aujourd’hui au concept de « citoyenneté numérique », comme l’explique ci-après Jean-Paul Pinte, expert en cybercriminalité. Pour lui, il convient de former très tôt des citoyens numériquement responsables tout en tentant d’établir ou de rétablir avec les technologies une certaine confiance.

Citoyenneté numérique : de quoi parle-t'on exactement ?

La citoyenneté évoque des notions de droits civils et politiques, et bien évidemment des devoirs civiques qui définissent le rôle et le comportement que le citoyen doit avoir face aux autres membres d’une société donnée. Couplée à l’adjectif « numérique », qui renvoie aux ressources et aux outils technologiques, cette citoyenneté requiert de définir des règles et un mode de fonctionnement pour le « citoyen numérique ».

 

Aborder un thème comme la citoyenneté numérique est aussi une invitation, un cri d’alarme aux différents acteurs du numérique, afin de sensibiliser les élèves à devenir des acteurs capables d’interagir dans le cadre domestique, professionnel ou personnel de façon « responsable » dans la société numérique et hyper-connectée à laquelle ils appartiennent.

 

Si cette population des Digital Natives de 18 à 35 ans a longtemps été évoquée comme adepte du numérique, il faut reconnaître que pour former des e-citoyens aujourd’hui il convient de s’y prendre dès le plus jeune âge. Pour les dépeindre, le néologisme «les digiborigènes » est proposé par les sociologues, un compromis entre « digital natives » et « natifs du numérique».

 

Pour aller vers ce « citoyen numérique responsable », il faut aller à la base, et aucun lieu n’est plus adapté à ce genre d’enseignement que l’école, même si on reconnait l’influence non négligeable des autres agents de socialisation comme la famille, les groupes de pairs et son environnement.

Quels enseignements à la citoyenneté numérique ?

Parmi les différents champs que recouvrent les « éducation à », celui de l’éducation à la citoyenneté numérique occupe une place encore trop étroite. Quelques pistes s’imposent pourtant aujourd’hui si l’on veut apprendre à nos jeunes à faire le choix entre la protection de leur vie privée et l’utilité de s’exposer.

Sans aller jusqu’à tout verrouiller chez eux, apprenons tout d’abord à nos jeunes à évaluer les risques de base sur la toile. En effet, se protéger est d’abord une question de bon sens que l’on soit jeune ou adulte mais aussi de savoir pourquoi nous n’adoptons pas les mêmes comportements sur Internet que dans le monde réel.  

 

C’est ce que recouvre le terme de « littératie numérique » aujourd’hui : pouvoir enseigner à nos jeunes ce que valent leurs données sur la toile et ce qu’elles deviennent dans la masse informationnelle. Il faut aussi aborder la place de plus en plus importante de leur identité numérique dans le cyberespace tout en tentant de les aider à la situer et à cartographier leur ADN numérique dans le temps avec des outils simples aujourd’hui disponibles sur Internet.

 

Rechercher avec discernement et pertinence l’information est aussi une des tâches auxquelles le monde enseignant doit s’atteler au plus vite avec un certain dosage d’éthique, de dépendance et de recul par rapport à des problématiques comme la théorie du complot, etc. Nos jeunes doivent connaître les profondeurs du Web et naviguer dans des lieux sûrs dont on leur a donné les clés de vie. Chacun peut s’exprimer sur Internet et il est de notre devoir de différencier les sources et d’analyser les informations en toute objectivité.

 

Jean-Paul Pinte est expert en cybercriminalité et enseignant-chercheur au Laboratoire d’Innovation Pédagogique de l'Université Catholique de Lille. Il apporte un éclairage sur la notion de d’e-citoyenneté et revient sur l’importance d’éduquer les jeunes aux problématiques qu’elle recouvre. Très impliqué et investi dans le ProgEN, il est intervenu lors de la formation du 1er décembre.

Contact

À Propos

Contactez nous pour répondre 
à vos questions : 

contact@prog-en.com